DAINA HERPE

#MEETSPARKERS #SPARKLIFESUCCESSCHANNEL

LE PLUS BEAU MÉTIER D’HOMME EST LE MÉTIER D’UNIR LES HOMMES

Entretien avec Daïna Herpe, spécialiste de la conduite du changement et de la relation client.

“Changer c’est d’abord un état d’esprit” 

Daïna Herpe a mené toute sa carrière auprès d’entreprises internationales, à la tête d’équipes en charge du changement dans des organisations complexes. Aujourd’hui en milieu de carrière, elle allie sa solide culture de la diversité à son expérience pour s’ouvrir à de nouvelles voies : la formation et la solidarité. Cela lui procurent autant d’ouvertures personnelles que d’occasions d’exercer sa valeur cardinale : la gentillesse. Portrait d’une femme de son temps, énergique, sensible, volontaire, qui a fait du changement son atout majeur et qui souhaite transmettre aux jeunes générations ce goût pour la remise en question et l’innovation.

Que signifie le changement pour vous Daïna ?

Un état d’esprit avant tout, qui permet de cultiver l’amélioration continue, d’être aligné avec son temps et de s’adapter tel un caméléon.

Mais c’est aussi réfléchir en dehors de la pensée prêt-à -porter, en exerçant son esprit critique, ô combien important de nos jours.

C’est aussi éviter d’être pris dans ses certitudes, ses convictions inébranlables ou de rester dans sa zone de confort.

Cela permet dans tous les cas, à titre personnel ou professionnel, de challenger les modèles en vigueur, d’observer, d’anticiper et d’innover.

Le plus important étant d’être en permanence curieux, de savoir prendre des risques et si possible de co-construire au maximum à plusieurs.

Quelle est votre plus grande force professionnelle ?

La bienveillance.

J’aime avant tout les gens : c’est nécessaire dans mon métier !

Quel est votre plus grand défi aujourd’hui ?

Atteindre la cinquantaine … ce qui signifie à mes yeux : avoir maintenant la responsabilité de transmettre, de partager et faire grandir les autres autour de moi.

C’est aussi celui de trouver un équilibre professionnel et personnel après de longues années d’investissement personnel dans mon métier.

C’est aussi de continuer à innover, d’apprendre et de m’ouvrir à de nouveaux horizons.

Quelles sont les questions que vous poseriez à une personne en quête de sens ?

Comment les autres se sentent-ils grâce à toi ?

… mais aussi, “qu’as-tu construit ?”  et “qu’as-tu transmis ?”.

A une personne qui serait en phase de prendre une décision importante pour l’avenir de son métier, je lui dirais tout particulièrement :

“Garde ton bon sens !”.

L’important dans ces moments là est de faire ce qui est juste et bien, et non ce qui “fait seulement plaisir”.

C’est important de rester aligné avec ses valeurs, de faire preuve de bienveillance et d’agir avec les autres comme si on agissait pour soi-même.

La citation que je transmets le plus autour de moi est la suivante :

“Le plus grand bien que nous faisons aux autres, n’est pas de leur communiquer notre richesse mais de leur révéler la leur “, de Louis Lavelle.

Et à  l’intention de mes enfants, j’ai affiché dans leur chambre la citation de René Char  :

” Il y a deux conduites avec la vie : soit on la rêve, soit on l’accomplit. “

Je crois que tout jeune ou débutant a besoin d’entendre qu’il faut se faire avant tout confiance, faire ses preuves, agir avec instinct et bon sens, là encore. Il faut absolument faire ses propres expériences et accepter l’idée que l’échec est inévitable et conduit à grandir.

Quelle habitude singulière avez-vous pour cheminer dans la vie ?

Je me demande toujours ce qu’un Egyptien, un Marocain ou un Malgache aurait fait à ma place !

Se mettre à la place de l’autre est toujours important, surtout dans un contexte international et multiculturel. Ce n’est pas seulement de l’empathie, c’est avant tout de l’acculturation !

Qu’est-ce qui vous a toujours le plus motivé ?

Je reprendrais juste l’affirmation de Saint Exupéry : “Le plus beau métier d’Homme est le métier d’unir les hommes”.

Quelles expériences vous ont le plus apporté ?

portrait Daina Herpe

 

  • Bapaume : centre pénitentiaire
     Notre objectif était de proposer à des détenus de pouvoir gérer des demandes de renseignements téléphoniques pour aider à leur insertion.
  • Madagascar et Bénin pour des études d’implémentation
    Le choc culturel, le contact avec la population, le dépaysement, la découverte de territoires si riches ont été des moments de partage très riches en apprentissage et en ouverture
  • Nos quartiers ont du talent
    Lors de mon expérience chez Siemens afin d’aider les jeunes diplômés issus du 93 à trouver leur premier emploi.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile à apprendre pour vous?

A dire “non !”.

Cela s’est avéré désastreux lorsque j’ai écouté de mauvais conseils qui m’ont poussé à prendre des décisions court termistes.

En apprenant à “dire non !”, à poser mes limites, j’ai évité par exemple de licencier une collaboratrice de valeur pour des considérations purement budgétaires.

Quel échec vous a rendu le plus service ?

Le jour où je me suis rendue compte qu’un poste ne correspondait pas du tout à la manière dont j’avais évolué, à mes aspirations, mes compétences et ma valeur ajoutée.

Comparativement, les postes qui m’ont laissé les coudées franches ou les managers qui m’ont fait confiance, m’ont réellement aidée à faire des expériences clés et des sauts quantiques dans mon métier.

Il ne faut pas s’acharner lorsque l’on n’est pas bien quelque part.

Des ouvrages aussi m’ont beaucoup aidée tout au long de mon parcours :

  • Le changement agile

David Autissier & JM Moutot

  • De la performance à l’excellence

Jim Collins

  • Optimisez votre équipe

Patrick Lencioni

  • Les employés d’abord, les clients ensuite

Vineet Nayar

En savoir plus sur les parcours que je vous propose ici et qui peuvent répondre à certaines des questions soulevées dans ce post.

Contactez-moi

Sur mes réseaux sociaux

Suggérez moi un sujet

Vous avez un sujet qui vous intéresse ? Dites-m’en plus ici

A la Une