Développer des potentiels illimités

Les secrets de notre cerveau pour résister à nos désirs les plus profonds

Introduction

Quelque chose d’intéressant se passe dans le cerveau humain lorsque nous obtenons ce que nous voulons.

Lorsque nous imaginons les objectifs que nous souhaitons atteindre, nous le faisons souvent en espérant qu’ils amélioreront notre qualité de vie de manière tangible. Mais cela se passe rarement ainsi.

 

Le cocktail neurologique imprévisible 

 

Sur le plan neurologique, lorsque nous obtenons quelque chose que nous désirons vraiment, nous commençons simplement à en vouloir davantage.  De nouvelles recherches sur la nature de la substance chimique de la dopamine ont mis en relief sa complexité. On la croyait « l’hormone du plaisir » mais on découvre qu’elle joue un rôle dans le fait de repousser le désir toujours plus loin. 

Dans La Molécule de More, le Dr. Daniel Z. Lieberman explique que les experts qui ont étudié l’hormone ont découvert que nous sommes obsédés par les choses que nous désirons et blasés lorsque nous les obtenons. Ainsi des gens très motivés sur un projet, vont rarement jouir de leur succès. La dopamine ne procurerait pas le plaisir mais le « plaisir » de vouloir en avoir toujours plus.

Face à un projet qui demande un certain investissement personnel sur le long terme et qui nécessitera forcément de dépasser des obstacles, le rôle de la dopamine peut donc amener à saboter nos efforts pour continuer à avoir du plaisir de désirer plus et non d’obtenir.

Notre cerveau nous pousse alors à croire qu’une fois l’objectif atteint, nous allons perdre ce plaisir et nous mène indirectement à penser que de toute façon « nous ne sommes pas à la hauteur du défi ». Il nous détourne ensuite sur un autre objectif et la dopamine jouera à nouveau son rôle en nous aidant à désir plus, jusqu’au ce que l’on se rapproche à nouveau de notre objectif, sans chercher à leur concrétiser…

« Vouloir arriver, c’est avoir déjà fait la moitié du chemin. »

(Alfred Capus)

 

Imaginez !

Vous avez réuni tous vos talents et votre courage pour obtenir ou créer un projet professionnel que vous désirez (ou tout autre chose).  Vous êtes passé à l’action et vous rencontrez une série d’obstacles, qui sont le plus souvent surmontables mais dans votre tête, ils restent insurmontables.

Un cocktail toxique neurologique s’accumule alors, avec pour effet de vous asséner des préjugés de plus en plus fréquents sur vous-même et vos aptitudes réelles.

Vous commencez à redouter l’échec, d’autant plus cruellement que personne ne vous a, a priori, poussé à désirer et à prendre des risques comme vous êtes en train de le faire. Vous commencez à diffamer l’objet même pour lequel vous travaillez depuis un moment. Cela se traduit par : « je ne suis pas … » dans votre tête (je ne suis pas assez compétent ; je n’ai jamais été assez bon dans ;  c’est trop tard…).

Que ce soit vous qui le pensiez ou que vous preniez les premières critiques de plein fouet, c’est la même chose. C’est toujours un travail d’auto-diffamation car vous pourriez mettre les critiques en perspective dans le cas contraire (je ne dis pas que c’est facile !).

En vous, un processus d’auto-sabotage se met en place pour nourrir votre cerveau d’un plaisir permanent qu’il ne va évidemment pas trouver dans la lutte à dépasser tous les obstacles qui se présentent. Mieux vaut passer à quelque chose de moins difficile, pense-t-il secrètement !

De vous-même, vous annulez tous vos efforts passés en croyant sincèrement, que ce n’est pas votre voie.

« Qu’est-ce que le génie ? Avoir un but élevé et vouloir les moyens d’y parvenir. »

(Friedrich Nietzsche)

 

Le problème c’est que cela peut se produire une fois, deux fois, trois fois même. Mais lorsque cela se heurte à un projet qui a du sens pour soi et qui correspond souvent à une transition de vie professionnelle nécessaire, cela amène beaucoup de souffrances et de perte de confiance en soi.

C’est souvent ce qui se passe en milieu de carrière, au moment même où il est nécessaire de prendre un virage, qui bien évidemment ne va pas de soi, puisqu’il nous demande de dépasser des obstacles de taille (comme se réinventer à un autre niveau).

Alors quelle est la solution ?

Elle réside dans l’idée consciente d’arrêter de « vouloir » mais de se donner tous les moyens de passer à la phase «avoir». Et cela passe nécessairement par un biais cognitif qui sera ce que l’on désire « être » profondément.

Comme tout cela peut être encore flou tant que l’on ne travaille pas sur soi un minimum, il faut en tout état de cause garder en tête différentes informations :

1)  Premièrement, lorsque nous voulons vraiment quelque chose, c’est souvent parce que nous avons des attentes ou des ambitions irréalistes qui y sont associées. Nous imaginons que cela changera considérablement nos vies or c’est rarement le cas.

Lorsque nous comptons sur un changement d’objectif ou de vie pour nous «sauver» d’une manière irréaliste, tout d’échec nous incitera à cesser de nous battre.

Il va falloir admettre la plupart du temps qu’avant de réussir, il faut échouer, et même échouer plusieurs fois !

 

2)  Ensuite, il faut avoir conscience que pendant toute la période (parfois longue) durant laquelle nous allons chercher à réussir, notre cerveau va en quelque sorte passer sa vie à justifier et valider notre position de vie, ne serait-ce qu’avec l’intention de « nous protéger » de souffrances excessives (la remise en question n’est jamais simple, admettons-le !).

C’est une des raisons pour lesquelles nous développons l’envie des autres, en particuliers ceux qui ont réussi là où nous désirons réussir nous-même. Nous les affublons de critiques sans ménagement, pensons que « nous pouvons faire tellement mieux qu’eux », « plus facilement » ;  « qu’ils sont déjà dépassés ».

Nous devrions au contraire, sans chercher à nous comparer, apprendre de ceux qui nous inspirent le succès que nous recherchons pour nous même, sans devenir esclave de l’image qu’ils projettent sur nous. Ils sont forcément eux-aussi en recherche de progression sur d’autres plans que nous n’avons pas encore atteints mais qui nous concerneront un jour.

Le jour où nous nous rendons compte que nous n’avons plus besoin de nous en inspirer, c’est que nous avons fait notre travail intérieur et avons augmenté nos compétences.

Cependant, au moment où la réussite commence à poindre le bout de son nez, notre cerveau va nous tendre un troisième piège !

 

« Tu vaudras aux yeux des autres ce que tu vaux d’abord à tes propres yeux »

(Proverbe Latin)

 

3)  Si nous tenons suffisamment dans l’effort et commençons à atteindre notre objectif, nous allons ressentir des peurs irrationnelles de ne pas être à la hauteur des enjeux qui se présentent alors à nous.

Nous allons commencer à nous dire « que nous ne sommes pas prêt » pour la grande bascule, que « ce n’est pas le moment de faire éditer notre livre » ou de « créer notre entreprise » ou de « lancer notre chaîne Youtube » ou de se positionner pour le poste pour lequel nous montons en compétences depuis deux ans, avec forte application…

Pourquoi ? Parce que notre cerveau nous envoie une série d’informations inconscientes qui nous font craindre l’échec.  Face à un projet qui vous tient à cœur, ce n’est pas le moindre des défis qui vous attend ! C’est peut-être le plus difficile : passer de l’idée d’ « agir pour » (agir pour réussir vraiment !) à l’idée de « prospérer enfin » (c’est-à-dire de recueillir le fruit de vos efforts passés, sans s’endormir dessus certes mais sans craindre non plus de tout perdre).

« La véritable force est celle que nous exerçons à chaque instant sur nos pensées, nos sentiments et nos actes »

(Morikei Ueshiba, fondateur Aïkido)

 

Cela reste difficile de se percevoir soi-même et encore plus de percevoir les mécanismes secrets de notre cerveau. Même formée au coaching et aux techniques d’accompagnement, à titre individuel je ne parviens pas sans l’aide de mes pairs à éviter de m’auto-valider sans cesse : c’est humain !

Mais l’idée c’est de cesser de s’égarer et d’accomplir des actes constructifs à la hauteur des efforts engagés sur la durée. Il est encore plus difficile de reconnaître que très souvent, les choses que nous envions chez d’autres sont le reflet de nos désirs les plus profonds ; ceux que nous ne nous permettons pas (encore) d’obtenir et d’assumer pleinement. 

Maintenant que vous êtes au fait que votre cerveau est « conçu » pour vouloir toujours plus, déjouez autant que possible ses mécanismes ravageurs sur vos efforts.

Accrochez-vous, croyez dans vos ressources personnelles pour dépasser les obstacles ; ne désirez pas sans cesse : jouissez de ce que vous vivez maintenant dans le processus qui vous mène à réaliser et accomplir pleinement vos projets.

votre guide offert
Télécharger maintenant