De mon histoire à celle de l’académie

A la quête de mon étincelle

Avec un bagage littéraire, je décide de jeter mon dévolu professionnel sur la communication d’entreprise, alors en plein essor.

Je fais mes premières armes dans la communication interne chez EDF, puis dans la communication marketing chez Bull. Cela m’amène à partir pour Londres, où je décroche mon premier poste de chargée de communication clients auprès d’une des plus grandes sociétés françaises de Services Informatiques de l’époque : la CGI.

L’entreprise est rachetée par IBM quelques années plus tard et je comprends alors que, n’étant pas issue des bancs de la prestigieuse compagnie, je dois réinventer ma voie professionnelle.

Je songe alors à lancer mon agence conseil mais je n’en ai pas le courage : je n’ai pas encore 30 ans.

Alors je change juste de “jobs”, en faisant successivement l’expérience du journalisme puis des relations publiques en agence.

La rencontre avec mon étincelle

Un jour, à l’occasion d’un voyage, je comprends qu’il ne faut pas du courage mais seulement le goût de l’aventure pour entreprendre.

Je crée mon agence conseil en communication en 1996 et connaît un succès assez rapide, qui m’amène à recruter une équipe, développer une marque, une méthode, une réputation et une activité de coaching en complément.

Je me souviens avec émotion de mon premier chèque de dividendes que je me signais alors en tremblant de me tromper de chiffres ! Mais c’était cela aussi mon succès : être enfin indépendante et pouvoir vivre d’une réalité que j’avais créée avec mon énergie.

La perte de mon étincelle

Tout allait bien jusqu’à la phase de milieu de vie. A cette époque, je commence à ressentir de la lassitude profonde et ne vois plus que le côté superficiel de la communication.

Je tourne en rond dans mon expertise et m’ennuies quotidiennement. Un goût de “déjà vu” m’entraîne de plus en plus vers le fond et j’ai le sentiment de plus en plus inconfortable d’avoir rater ma vocation.

Tout devient sombre dans un tableau qui était pourtant idyllique jusque là. Je sais de moins en moins exprimer mon mal-être. Cela m’entraîne à faire des erreurs, augmente de plus en plus mon stress quotidien et l’impression de perdre les atouts qui avaient fait mon succès jusque là.

Pensant qu’il suffisait de courage pour passer l’épreuve, j’ai tenu sans prendre de décision ou à l’inverse, en prenant des décisions impulsives.

Jusqu’au jour où ce fut trop, beaucoup trop ! Proche du burn out et excédée par divers points, j’ai décidé de repartir à la conquête de mon étincelle, quitte à laisser plusieurs choses derrière moi.

 

A la reconquête de mon étincelle

De cette période et de celle qui a suivi, je garde le souvenir et l’expérience d’un moment complexe, difficile, où je n’avais que ma quête pour horizon et ma conviction profonde pour conseil.

Cependant j’ai préféré écouter mon coeur et rassembler mon expérience pour créer l’académie et pour muscler mes compétences sur le web.

Aujourd’hui je ne mesure pas ma réussite aux nombres de chiffres que je peux aligner sur ma rémunération mais sur les vrais raisons qui me font sauter du lit tous les matins.

Pourquoi je ne la perdrai plus …

Je n’ai pas peur de vieillir, pas peur de m’enfermer dans une expertise trop étroite, pas peur de tomber dans la routine et pas peur des nouveaux défis qui m’entraînent, même après cinquante ans, à prendre des initiatives que je n’aurais pas prises 15 ans auparavant.

Je me sens profondément vivante et heureuse de transmettre.

J’aurais aimé cependant savoir plus tôt ce que je sais aujourd’hui car j’aurais fait des choix plus rapidement, plus consciemment.

C’est cela que je transmets à l’académie : trouver votre étincelle, la cultiver et la faire briller à travers votre métier et tous les potentiels que vous n’avez pas encore explorés.

A la quête de mon étincelle

Avec un bagage littéraire et de sciences humaines, je décide de jeter mon dévolu professionnel sur la communication d’entreprise, alors en plein essor.

Je fais mes premières armes dans la communication interne chez EDF, puis dans la communication marketing chez Bull. Cela m’amène à partir pour Londres, où je décroche mon premier poste de chargée de communication clients auprès d’une des plus grandes SSII de l’époque, la CGI.

L’entreprise est rachetée par IBM quelques années plus tard et je comprends alors que, n’étant pas issue des bancs de la prestigieuse compagnie, je dois réinventer ma voie professionnelle.

Je songe alors à lancer mon agence conseil mais je n’en ai pas le courage : je n’ai pas encore 30 ans et plein de questions se télescopent dans ma tête.

Alors je change de “job”, en faisant successivement l’expérience du journalisme puis des relations publiques en agence.

La rencontre avec mon étincelle

Un jour, à l’occasion d’un voyage, je comprends qu’il ne faut pas du courage mais seulement le goût de l’aventure pour redonner du sens à mon métier et continuer de progresser.

Je crée mon agence conseil en communication en 1996 et connaît un succès assez rapide, qui m’amène à recruter une équipe, à développer une marque, une méthode, une réputation et une activité de coaching en complément.

Je me souviens avec émotion de mon premier chèque de dividendes que je me signais alors en tremblant de me tromper de chiffres ! Mais c’était cela aussi mon succès : être enfin indépendante et pouvoir vivre d’une réalité que j’avais créée de mes mains.

La perte de mon étincelle

Tout allait bien jusqu’à la phase de milieu de vie.

A cette époque, je commence à ressentir de la lassitude profonde et ne vois plus que le côté superficiel de la communication.

Je commence aussi à tourner en rond dans mon expertise et à m’ennuyer quotidiennement.

Je n’apprends plus rien… un goût de déjà vu m’entraîne de plus en plus vers le bas et le sentiment d’avoir rater ma vocation.

Je vois aussi les réseaux sociaux changer la face de mon métier et mes marges se réduirent progressivement.

Tout devient sombre dans un tableau qui était pourtant idyllique jusque là. Le plus douloureux c’est que je ne savais pas exprimer mon mal être ni à qui l’exprimer.

Cette phase m’a conduit à faire des erreurs, ce qui a augmenté de plus en plus mon stress quotidien.

Pire encore, je ressentais la perte de mes atouts, en premier lieu ma créativité, mon intuition et mon goût du défi.

Je n’étais plus moi même mais je ne savais pas non plus ce qui pouvait alors me sauver de cette situation.

Pensant qu’il suffisait de courage pour passer l’épreuve, j’ai tenu le plus longtemps possible sans prendre de décision ou à l’inverse, en prenant de mauvaises décisions.

Jusqu’au jour où ce fut trop, beaucoup trop ! Proche du burn out et excédée par l’attitude de mon entourage, j’ai décidé de repartir à la conquête de mon étincelle, quitte à laisser plusieurs choses derrière moi.

 

A la reconquête de mon étincelle

De cette période et de celle qui a suivi, je garde le souvenir et l’expérience d’un moment complexe, difficile, où je n’avais que ma quête pour horizon et ma conviction profonde pour conseil.

Cependant j’ai préféré écouter mon coeur et rassembler mon expérience pour créer l’académie et pour muscler mes compétences sur le web.

Aujourd’hui je ne mesure pas ma réussite aux nombres de chiffres que je peux aligner sur ma rémunération mais sur la passion qui m’anime jour après jour.

Pourquoi je ne la perdrai plus …

Je n’ai pas peur de vieillir, pas peur de m’enfermer dans une expertise trop étroite, pas peur de la routine et pas peur des nouveaux défis qui m’entraînent, même après cinquante ans, à prendre des initiatives que je n’aurais pas prises 15 ans auparavant.

Je me sens profondément vivante et heureuse de transmettre.

J’aurais aimé cependant savoir 15 ans plus tôt ce que je sais aujourd’hui car j’aurais fait des choix plus rapidement, plus consciemment sans même ressentir tout ce mal être.

C’est cela que je transmets à l’académie : trouvez votre étincelle, la cultiver et la faire briller à travers votre métier et tous les potentiels que vous n’avez pas encore explorés, pour rester engagé, maître de vos projets et actif dans vos projets, même les plus difficiles à se concrétiser.

J’aime écrire et publier

BANDEAU CREDIT

J’aime apprendre sans cesse

Le plus important c’est la vie et l’entrepreneuriat qui me l’ont appris. 20 ans de management, de coaching, de face à face clients, de formations et de conseil, cela représente tous les apprentissages en accéléré.

Mais je me suis également formée sans cesse, notamment à la CNV, l’analyse transactionnelle, l’élément humain de Schultz, la psychologie des profondeurs, etc.

Outre ma formation initiale en Lettres Modernes, Communication et Marketing, je suis également diplômée de la formation Cycle II de perfectionnement au coaching de HEC (2006-2007) et de plusieurs méthodes de conduites d’entretien ou de diagnostic de situations personnelles et professionnelles, comme le MBTI.

J’aime apporter des solutions créatives à mes clients

J’aime défendre mes convictions

Nous vivons une période exceptionnelle de l’Histoire  qui nous amène tous vers des opportunités inédites, à condition de les saisir en s’adaptant vite, en apprenant à défendre nos convictions et à transmettre aux autres tout ce qui leur permet de se transformer à leur tour. Chacun dans son métier a les ressorts pour faire bouger les choses.

C’est ce que je veux défendre jour après jour dans mon métier à l’avenir.

 

En savoir plus

Services

Coachings et Masterclass

Presse

Articles et parutions

Témoignages

Experts et clients en parlent

Blog

Inspirations, ressources, retours d’expérience…