Communiquer aujourd'hui

« D’ici 5 ans si vous ne développez pas votre identité professionnelle, personne ne voudra travailler avec vous ! »

Introduction

Une histoire de plus en plus fréquente

Jean-Baptiste n’en croyait pas des oreilles.

30 ans d’expériences, de résultats, de preuves tangibles de son expertise et il s’entend dire par une DRH de sa connaissance : « dépêchez-vous de vous investir sur les réseaux sociaux : dans 5 cinq si vous n’avez pas une identité professionnelle réelle (personal branding), vous ne travaillerez pour personne si vous êtes à la porte ! »

Interloqué au départ, Jean-Baptiste s’est pourtant posé la question de savoir comment développer cette identité, sans rien y connaître véritablement des réseaux sociaux, en dehors de son usage personnel (et encore !).

Voici ce qu’il a compris rapidement en 3 points clés.

Ne prenez pas de raccourci

 

Les médias sociaux, principal support pour travailler votre personal branding, peuvent être chronophages cependant ils sont incontournables. Vouloir payer des gurus et des méthodes qui vous feraient émerger de la multitude en 2 semaines n’a aucun sens. Pour avoir des résultats long terme, crédibles et efficaces, il faut investir du temps sur plusieurs années (au moins 2 ans sérieusement, la moyenne se situant plutôt autour de 3 à 4 ans). Il faut une stratégie mais avant même cela, il faut un temps de réflexion pour développer une vision personnelle de sa carrière et en faire ressortir les aspects uniques, de valeur et reproductibles pour d’autres.

Derrière les ‘résultats extraordinaires » que l’on vous vend parfois en ligne ou ailleurs, demandez-vous toujours :

  • Quelles sont les réussites qui vont réellement s’adapter à votre cas ?
  • Comment vous allez pouvoir vous concentrer sur un objectif clair, mesurable ? et surtout,
  • Quel sujet, compétence, projet… va vous motiver suffisamment sur le long terme ?

Recherchez avant tout la qualité

Cette première remarque appelle la suivante. Internet, les réseaux sociaux, les diverses plates-formes d’échanges, etc. regorgent de contenu relativement peu travaillé, faisant plus de bruits que produisant de réels effets. Une idée peut être certes traitées à l’infini, en y apportant notamment un prisme différent d’un autre professionnel mais combien passent réellement du temps à se demander ce qui, dans leur propre expérience, peut ouvrir le débat du voisin, plutôt que de recopier ses propos ?

Le online n’a fait qu’engendre un phénomène séculaire de mimétisme social mais à grande échelle. Or la différence entre celui qui trouve l’audience et le succès, de celui qui occupe juste l’espace de parole, se joue toujours autour de la qualité perçue par l’audience.

Qu’est-ce votre contenu va apporter à votre audience : un gain de temps, une compréhension d’une situation complexe, une meilleure lecture de ses émotions, une solution applicable dont elle va mesurer les effets plus ou moins rapidement … ? Il faut se poser ces questions, chaque fois que poser un mot sur la toile.

Concentrez-vous

 

Ceci amène le troisième point : développez la concentration, plutôt que l’éparpillement. Concentrez-vous en particulier sur trois points :

–  Ce qui est rare et précieux pour votre audience

Cela prend certes plus de temps mais l’avantage c’est que vous prenez le temps de réfléchir à ce qui est généralement un problème urgent, difficile à résoudre seul et dont vous pouvez expliquer les causes à votre audience. Tout ce qui est rare, est difficile ! Difficile à produire mais aussi difficile à simplifier pour le rendre accessible aux autres.

– Faites des choses qui mettent en valeur vos aptitudes et vos compétences

On peut tout apprendre mais concentrez-vous avant tout sur ce qui vous met en valeur, le temps d’apprendre d’autres techniques. Ne commencez pas par la vidéo parce que cela fonctionne, alors que votre public lie davantage d’analyses et d’articles et que vous êtes précisément bon dans le domaine de l’écriture. Dans le même ordre d’idée, ne développez pas l’image de quelqu’un d’autre qui vous séduit en ligne. Inspirez-vous en mais mettez d’abord en valeur vos propres singularités, vos expertises, ce à quoi vous croyez, une forme d’authenticité en lien avec la vision que vous avez de votre avenir professionnel et de votre champs d’action professionnel. Parlez un peu de vous, certes, de votre vie plus personnelle mais seulement de temps en temps, pour illustrer une autre facette de votre personnalité qui permet de compléter le tableau de vos compétences et des idées que vous défendez.

– Concentrez-vous au début sur un canal

Ne cherchez pas être sur tous les réseaux, cela ne sert à rien ! Souvent en prenant de la bouteille on arrête de publier sur certains réseaux. Le plus important est de comprend où est votre audience cible et elle-même n’a pas le temps d’être partout – c’est impossible. Ce qui compte pour créer son personal branding c’est d’avoir une présence qui dure, mois après mois – où les gens prennent l’habitude de vous voir avec différents angles sur un même thème.

Ce qu’ils cherchent avant tout, et c’est comme cela que vous ferez la différence, c’est de comprendre ce que vous savez et qu’ils ne savent pas encore pour progresser eux-mêmes. Pas des recettes simplistes mais de préférence des stratégies qui fonctionnent, des systèmes qui ont fait leurs preuves, des résultats qui puissent se reproduire de manière accessibles.

 

Pour commencer

 

Partez de ce vous savez, de là où vous êtes, de ce que vous faites. Ecrivez des contenus experts, des histoires qui résonnent, des témoignages qui parlent au cerveau non rationnel. Faites-le 1 fois par mois, puis 1 fois par semaine puis tous les jours le jour où votre courbe d’expérience augmente. N’allez pas trop vite, au risque d’abandonner en cours de route.

 

votre guide offert
Télécharger maintenant