Développer ses potentiels à l'infini

Comment reprogrammer votre subconscient

Introduction

“Notre subconscient est comme un jardin. Tout ce que nous plantons en termes d’émotions ou de pensées récurrentes, finit par devenir réalité”

Nous savons aujourd’hui que notre subconscient a un pouvoir immense sur le contrôle de nos expériences de vie. Il nous aide autant à choisir nos aliments qu’à réussir dans nos ambitions ou à interagir avec les autres, la réalité, le stress… Notre subconscient est régi par nos croyances sur nous-même (limitantes ou pas) et nos interprétations de la réalité. Il est tel un pilote automatique qui a été programmé pour suivre un itinéraire spécifique. On ne peut pas s’écarter de cet itinéraire à moins de faire évoluer les programmes. Voici comment…

reprogrammer son subconscient

A quoi nous sert le subconscient ? 

Le «subconscient» est en quelque sorte les coulisses de notre conscience. Vous lisez actuellement cet article de manière consciente, mais à l’arrière-plan de vos pensées qui circulent, votre subconscient travaille à absorber ou rejeter les informations transmises, en se basant sur votre perception du monde qui vous entoure et sur vos expériences.

Cette perception existante a commencé à se former dès le début de votre vie mais au départ, cela se faisait sans différenciation entre la réalité et votre for intérieur, avant que votre conscience se forme.

D’où parfois les problèmes que nous ressentons plus tard à l’âge adulte.  Si nous recevons des encouragements, des incitations, des compliments, nous développons notre subconscient de manière positive. Si nous recevons trop de signaux positivement exagérés, nous allons connaître une distorsion de la réalité et nous voir de manière irréaliste. Si à l’opposé, nous recevons de manière excessive ou répétée, des messages de limitations, de condamnations ou de peurs, nous développons un subconscient négatif. 

En général, avoir un subconscient est utile en soi, puisqu’il vient alimenter le niveau conscient par des émotions utiles, des intuitions et des expériences personnelles. Là où cela devient problématique, c’est lorsqu’il limite nos progrès, notamment à l’égard d’une vie équilibrée, réussie ou prospère.

 

Petites définitions

Le conscient est le premier niveau de conscience. Il englobe sa perception par les cinq sens, les souvenirs et la connaissance théorico-pratique accumulée au fil des années sur lui et son environnement. Le conscient permet de percevoir la réalité, de juger, de réfléchir et décider au quotidien. C’est l’état normal dans lequel nous vivons.

Le conscient est rattaché à l’hémisphère gauche, celui de la logique et du langage. Il représenterait environ 10% des fonctions neuronales du cerveau.

Le subconscient – aussi appelé “second inconscient” – englobe tout ce qui n’est pas conscient et qui est acquis, c’est à dire ce qui a été un jour conscient et qui est désormais juste sous la conscience sous la forme d’un réflexe :

  • Intuition
  • Souvenirs
  • Peurs (exemple : je ne m’approche pas trop du four car je me suis brûlé étant enfant et depuis j’appréhende)
  • Taumas

La plupart de l’acquis subconscient se font pendant l’enfance. On associe le subconscient à l’hémisphère droit du cerveau et à un disque dur illimité dans lequel stocker pensées et expériences, négatives ou positives. Le subconscient ne juge pas et ne fait pas la différence entre le bon et l’immoral ou encore le réel et l’imagé qui passe par le conscient.

 

L’inconscient englobe tout ce qui n’est pas conscient et qui relève d’automatismes innés. L’inconscient est hors de la perception consciente, mais dans la mémoire du sujet. Il a un impact sur les pensées et actes de l’individu. On trouve dans l’inconscient des automatismes :

  • Automatisme du corps : marcher, battements de coeur, circulation sanguine, croissance du corps, respiration, réaction physique à un stimulus extérieur (exemple : je retire immédiatement ma main si ça brûle), pulsions instinctives…

  • Automatisme de l’esprit : parler, lapsus, rêves, pulsions verbales…

 

reprogrammer son subconscient

Comment reprogrammer cette partie de nous ? 

 

La difficulté du subconscient est qu’il se situe en dessous du conscient ! On prend conscience de son pouvoir limitant ou destructeur seulement au moment où l’on se retrouve en proie à un désir que l’on n’arrive pas à réaliser, alors qu’aucune raison objective ne vient expliquer notre échec.

Ainsi vous avez travaillé dur pour réussir un projet ou obtenir un poste à responsabilités. Vous êtes prêt pour l’aventure mais vous vous persuadez que vous n’allez pas y arriver, et en effet, votre subconscient vous met en situation d’échec, au point de passer à côté. 

Nous sommes nombreux à essayer parfois d’atteindre un objectif alors que nous réalisons au jour le jour que nous sabotons inconsciemment nos efforts. Pourtant il est utile de savoir que nous ne sommes pas le problème et nous ne sommes pas programmés pour l’échec.

Nous sommes seulement en prise avec d’anciens messages programmés dans notre subconscient, qui entrent en conflit avec les conditions de réussite que nous souhaitons créer.

reprogrammer son subconscient

Reprogrammer son subconscient

 

Il existe de nombreux accompagnements pour nous aider à reprogrammer notre subconscient et cet article ne donne certainement pas de recettes miracles, qui chercheraient à remettre en question des professionnels qui exercent chaque jour des pratiques en profondeur. 

Cependant face à des limitations que nous rencontrons dans notre vie courante (et qui n’auraient pas un caractère pathologique), nous pouvons aisément lever nos croyances limitantes et reprogrammer nous-même notre subconscient. Nous pouvons le faire en utilisant simultanément plusieurs des méthodes ci-dessous mais le mieux est de s’exercer à partir de l’une puis l’autre au début, pour en comprendre l’impact.  

Limiter les sources de négativité

Nous vivons dans une société très confortable à plus d’un égard mais où les syndromes anxiogènes ont considérablement augmenté : peur de manquer, liée à des besoins de consommation inflationnistee ;  peur de l’autre, liée à une civilisation qui s’est urbanisée à outrance, perdant des liens sociaux et solidaires ancestraux ; peur de l’avenir, liée à une surinformation constante, qui laisse peu de recul critique…  S’affranchir d’une partie de cette négativité, permet de retrouver de l’espace dans sa tête pour recevoir des messages plus positifs qui, sans tomber dans l’excès inverse d’un optimisme sans recul, permet de retrouver une certaine hygiène mentale et une paix du coeur.

Privilégier les images

La visualisation est un excellent moyen de reprogrammer son esprit avec des images positives et stimulantes. Passer ne serait-ce que 10 à 15 minutes par jour à visualiser des scènes positives de notre vie, change tout. Cela peut être de repenser à des relations satisfaisantes, un travail ou une tâche qui vous passionne, une maison que vous aimez, des moments exceptionnels, des objets qui vous apaisent, un beau jardin ou un bel espace… 

Regarder quelque chose que nous aimons, permet de calmer les battements de notre cœur, d’apaiser notre esprit et de retrouver une certaine fluidité de nos intuitions. La pratique quotidienne et régulière entraîne une reprogrammation durable des expériences négatives. La méditation, la relaxation, la sophrologie… ne font que créer un espace des respirations et d’oxygénation au niveau du cœur, entraînant des affects plus constructifs pour soi au départ. Cela reconditionne progressivement notre subconscient avec des émotions et des images rassurantes, apaisantes, positives et pleines de sens pour nous.

reprogrammer son subconscient

Les affirmations positives répétitives 

Il s’agit moins de suivre la méthode Coué que de se répéter des messages plus consistants, comme « j’aime l’idée que je peux réussir et de m’en donner les moyens. J’agis chaque jour avec cette idée, comme si je n’étais pas à l’abri du à la conquête de mon propre succès… ».  

L’idée est de se concentrer sur une condition présente et non future. Notre subconscient déjà défaillant, réagit mal au futur parce qu’il impose une pression supplémentaire à un mal être actuel.

Vivre et agir au présent est par contre très efficace parce que cela redonne le pouvoir de l’action immédiate, même et surtout à partir de petites choses. 

Par ailleurs notre subconscient n’est pas ‘aveugle’ : lui répéter « je suis bien », alors que la réalité est opposée, lui envoie des messages contradictoires.

Basez vos affirmations uniquement sur des émotions que vous ressentez : « je suis bien lorsque je pense que j’ai tous les moyens en moi pour réussir en agissant pas à pas, de manière constructive ». Il n’en faut pas plus pour soulever des montagnes !

Les affirmations ne fonctionnent pas si vous les dites juste de temps en temps. Récitez-les tous les jours, trois fois de suite et plusieurs fois par jour si vous y pensez.  

Travailler sur la fréquence de nos ondes cérébrales 

Vous trouvez aujourd’hui une offre pléthorique en matière de musiques, sons, audios pour vous libérer des tensions, penser positivement, méditer de manière accompagnée en musique ou par la voix… Ce n’est pas un hasard ! Les sons modifient la fréquence des ondes cérébrales. 

Vos ondes cérébrales tombent dans une fréquence spécifique en fonction de ce que vous faites à un moment donné : 

– Gamma lorsque vous êtes engagé dans certaines fonctions motrices

-Bêta lorsque vous êtes pleinement conscient et concentré activement

– Alpha quand vous êtes détendu     

– Thêta lorsque vous êtes somnolent ou que vous dormez légèrement    

– Delta lorsque vous dormez profondément.

Des recherches ont montré que votre subconscient est plus réceptif à une reprogrammation positive lorsque vous êtes détendu et en  lien avec des états alpha ou thêta.

Votre esprit subconscient laisse alors tomber ses défenses et peut absorber le message que vous souhaitez programmer. Il se passe le même phénomène apparemment en hypnose ou en auto-hypnose mais ce n’est pas un domaine que je maîtrise… Alors n’hésitez pas à apporter vos lumières dans vos commentaires sous cet article !

 

En conclusion

 

Avec le subconscient, la difficulté restera toujours d’évaluer nos propres progrès car par définition, on ne rencontre notre subconscient qu’au moment où il produit ses effets d’auto-sabotage ou de limitation.

Alors admettons juste que c’est la vie, que nous devons vivre avec et faire de notre possible en nous entraînant du mieux que l’on peut régulièrement. Le but étant de rester maître de soi et de nos désirs d’accomplissement au maximum.

Cependant ces exercices de reconditionnement réguliers nous amènent sans aucun doute un confort quotidien et à une plus grande écoute de nos états émotionnels, ce qui a l’avantage de nous alerter immédiatement lorsqu’on se sent glisser vers des états nuisibles pour soi ou nos efforts, et avant que les choses puissent devenir incontrôlables.

Par contre on peut aussi mesurer rapidement les progrès en réalisant les exercices ci-dessus listés :

–  Vous retrouvez progressivement un sentiment de confiance en vous, de paix intérieure, d’assurance personnelle et de bonheur

–  Vous vous sentez mieux disposé à prendre des risques ou à relever des défis

–  Vos rêves et vos objectifs ne vous semblent plus écrasants mais au contraire passionnants.

–   Vous constatez de plus en plus de synchronicités dans votre vie : des personnes qui appellent au bon moment, des rencontres fructueuses, des opportunités, des hasards heureux…

En bref, vous saurez quand des changements se produisent dans votre subconscient, car vous remarquerez un changement à la fois dans votre être intérieur et extérieur.

La preuve est généralement indéniable à condition de lui laisser un peu de temps pour se manifester. Ne vous attendez pas à des changements immédiats.

Soyez très cohérent et persistant avec les méthodes que vous choisissez pour installer des messages plus positifs dans votre subconscient.

Dès que ces transformations deviennent apparentes, vous vous sentirez motivé pour continuer à avancer.

votre guide offert
Télécharger maintenant