Cinq étapes pour mémoriser et maîtriser ce que vous lisez.

Cinq étapes pour mémoriser et maîtriser ce que vous lisez.

lecture

Cinq étapes pour  mémoriser et maîtriser ce que vous lisez.

Il y a des livres, je vous l’accorde, que vous lirez deux ou trois fois dans votre vie, tant ils recèlent de leçons essentielles que nous ne pouvons capter en une seule lecture. Cependant il y a aussi des centaines de livres que vous aimeriez avoir lu, ne serait-ce que pour en retirer les 3 ou 4 clés qui vous aident à progresser ou que vous pouvez appliquer ensuite dans votre création de contenu pour travailler votre marque entreprise ou votre marque professionnelle #professionalbranding. Voici comment les lire en une fois et en retirer un maximum de valeur.

Lecture

Comment retirer 10 fois plus de valeur de vos lectures

Commençons par reconnaître l’évidence : compte tenu du volume industriel  de non-fictions éditées aujourd’hui, les auteurs ont acquis des méthodes pour garnir leurs ouvrages et justifier d’un prix au-delà de 23€. La plupart du contenu est pratiquement superflu. Personnellement, lire l’expérience de l’auteur sur des dizaines de lignes m’exaspère toujours. Pourtant je sais que c’est recommandé par l’éditeur pour rendre le propos plus « émotionnel » et touché le cerveau du lecteur plus surement. La vérité c’est que cela m’intéresse lorsque je connais l’auteur personnellement. Sinon je passe. Il en va de même pour les anecdotes, les exemples qui se répétent et les explications redondantes. Cela peut être en effet utile pour mieux comprendre un concept compliqué ou si vous découvrez totalement le sujet, surtout si l’exemple s’applique à des situations réelles. Cependant la plupart du temps, les concepts ou méthodes sont assez bien expliqués ou détaillés. Tout le reste ne sert qu’à convaincre de leur bien fondé. Alors comment retenir l’essentiel  de vos lectures ?

01/ Avant de commencer la lecture

Si c’est la première fois que vous suivez ce processus, prenez cinq minutes pour créer une structure de dossiers simple sur votre ordinateur (type Evernote) ou prenez un bloc papier assez grand. Créez des dossiers sur votre ordinateur/Evernote ou sélectionnez plusieurs pages de votre bloc papier, en mettant un titre sur chacune d’elles : « A retenir » ; « Idées » ; « Chiffres & données » ; « Concepts utiles » ; « Citations à retenir » ; « Méthodes » ; « Marketing » ; « Management »… Votre classement dépend de ce que vous voulez apprendre et retenir. Là où une application comme Evernote sur PC devient plus intéressante que le bloc papier, c’est que vous pouvez créer aussi des sous-dossiers pour organiser de manière plus fine vos recherches. Vous pouvez aussi en créer plus tard et répartir vos informations différemment après réflexion. Peu importe cependant : en toute honnêteté, je pratique les deux, selon que je suis étendue sur un transat ou assise, consciencieusement pour lire mon livre. C’est tout ce dont vous avez besoin pour commencer. Ne vous inquiétez pas de négliger des catégories. Vous pouvez toujours en rajouter plus tard.

lecture

 

02/ Lisez et marquez

Je ne suis pas adepte de la lecture rapide entre les lignes. Je lis suffisamment vite depuis le temps pour m’apercevoir d’un coup d’œil où va l’auteur et aller vite à l’essentiel. Question d’entraînement : vous pouvez y arriver aussi. Par contre et contre l’opinion de tous les puristes du genre, je stabylote et souligne tout ce qui m’intéresse dans un livre (aujourd’hui sur les liseuses c’est encore plus facile). Évidemment, cela ne s’applique pas au roman, à la poésie ou à mes auteurs préférés ! Pour eux je réécris religieusement leurs phrases sacrées mais pour le reste des ouvrages non littéraires que je lis, à mes yeux, ce sont des livres avant tout vivants. Ils sont comme un dialogue avec l’auteur, à qui je pose les questions qui m’intéressent, en surlignant ou soulignant certains passages. J’ajoute même des petits marque-pages autocollants. Concentrez-vous sur l’essentiel. Dans chaque chapitre il y a rarement plus d’une idée importante. C’est un vrai travail de synthèse : c’est bon aussi pour le cerveau.

 

03/ Organisez

A la fin de votre lecture complète, créez un nouveau document avec le titre du livre et son auteur. Reprenez vos notes, marquages et surlignages. Lorsque vous arrivez à un passage marqué ou en surbrillance, relisez-le. Cela vous semble encore important ? Consignez-le dans votre dossier thématique (ou dans votre sous-dossier directement) ou sinon sur votre bloc papier organisé à cet effet. Petite astuce, avec l’utilisation de Kindle : tous vos passages surlignés au cours de la lecture, peuvent être exportés dans un document que vous vous envoyez par email. De là vous avez tous vos passages importants. Il s’agit maintenant de relire et de garder l’essentiel. Vous allez vite vous rendre compte en parcourant vos notes que la plupart des passages ou informations que vous avez voulu garder, sont similaires à d’autres passages ou supérieurs à ceux que vous avez déjà notés. C’est systématique dans tous les livres de non-fiction. Les auteurs se répètent, expliquent les concepts de différentes manières et utilisent différentes analogies. Dans ce cas, supprimez l’ancien enregistrement et remplacez-le par le nouveau. Si vous n’êtes pas sûr, enregistrez les deux. Vous modifierez plus tard. Dans la perspective de réutiliser ces notes plus tard, pour faire face au facteur oubli, n’omettez pas d’inscrire des numéros de pages ou des numéros de chapitres ou l’horodatage pour les livres audio,  afin de pouvoir retrouver facilement vos informations et les passages qui les encadrent.

Lecture

04/ Appropriez-vous

A ce stade vous avez déjà en soi le livre à l’état pur, sans fioriture, sans redondance, sans propos inutile. Lisez alors « le résumé de votre lecture » une ou deux fois à quelques jours d’intervalles (d’où l’intérêt que votre résumé ne fasse que trois pages : vous me suivez ?!). Vous pouvez commencer à lire un autre livre dans l’intervalle : votre résumé suffit pour avancer à cette étape. A cette étape, il s’agit en fait maintenant de vous approprier les principales démonstrations de l’auteur. C’est à vous maintenant à reformuler ses propos avec vos propres mots mais surtout, c’est le moment de vous servir de cette nouvelle connaissance pour l’intégrer dans votre vie quotidienne, dans votre approche, vos relations, etc. Plus jeune on me répétait que pour retenir le sens d’un mot, il fallait l’écrire très vite soi-même ou l’utiliser verbalement, dans au moins trois contextes différents. C’est un peu la même chose ici. Articulez votre nouvelle connaissance d’au moins trois manières différentes dans les semaines qui suivent votre lecture. L’idée clé à ce stade, est de comprendre que vous devez restituer cette nouvelle connaissance, comme si vous vouliez l’enseigner à quelqu’un d’autre. Cette connaissance deviendra vôtre, définitivement et vous n’aurez jamais l’air d’un pédant. Juste de quelqu’un qui a compris et progresser.

 

05/ Catégorisez

Vous allez très certainement appliquer cette technique lors de vos prochaines lectures. Au bout de quelques mois, vous aurez donc plusieurs résumés d’ouvrages à votre service. Allez-vous les lire régulièrement ? Je ne le pense pas ! C’est pour cela que vous avez intérêt à aller encore un peu plus loin, en créant la crème de la crème de vos lectures. L’intérêt d’avoir fait des catégories au départ, en lisant chacun de vos ouvrages, c’est de pouvoir maintenant disposer d’une synthèse pour chacune d’elles. Ainsi vous résumez les meilleurs propos de l’ensemble de vos lectures pour obtenir une synthèse par exemple sur : « quels sont les meilleurs conseils pour tirer parti 10 fois plus de valeur de chaque lecture ». Là encore, essayez de garder un document de trois pages maximum et relisez-le régulièrement. Il s’agit d’une anthologie, vous l’avez compris. Cela a l’avantage de vous aider à déclencher une mémoire mnémotechnique sur l’ensemble des ouvrages que vous avez lus et annotés. Avec le temps et la pratique, vous allez vous sentir de plus en plus à l’aise avec ces techniques. Elles n’auront rien de fastidieux parce que vous aurez le sentiment de progresser et surtout de pouvoir réutiliser avantageusement tout le contenu essentiel. En tout cas, je vous souhaite bonne lecture et de profiter de l’essentiel de chaque auteur, en cessant de regarder sur votre étagère, tous les livres qu’il vous reste encore à lire !

 

Que retenir

Vous le savez maintenant, j’ai passé une partie de ma vie professionnelle dans la communication et on ne se refait pas. Cependant je crée des articles comme celui-ci parce qu’il est essentiel, pour réaliser vos projets d’avenir, d’investir un minimum dans l’acquisition de compétences autour de votre propre communication. Cela peut concerner la création d’un blog mais aussi plus communément, vote capacité à créer du contenu expert pour votre employeur ou votre secteur d’activité, ou encore à travailler votre marque professionnelle personnelle, dans la perspective d’accueillir des changements futurs dans votre statut professionnel. Tout cela prend du temps et vous devez apprendre petit à petit, les techniques essentielles. J’espère à ce titre que cet article vous aidera dorénavant à gérer vos lectures de manière active, dans l’idée de créer du contenu de valeur.

>> > Cet article est rédigé dans le cadre des ressources que je fournis au delà de la méthode CLEAR© pour concrétiser vos ambitions professionnelles en tant que jeune cadre dirigeant ou cadre dirigeant.

Suggestions

Urgent ! Lisez cela maintenant !

Urgent ! Lisez cela maintenant !

Vous avez trop tendance à vivre dans l'urgence ?

Prenez le temps de lire cet article !

Introduction

L’instinct de l’urgence nous conduit, face à un danger qu’on perçoit comme imminent, à vouloir agir immédiatement. En tant qu’humain, il nous a été fort utile dans un passé lointain pour échapper au lion caché dans les hautes herbes. Nos ancêtres lointains n’avaient pas notre niveau d’informations et de données, aujourd’hui disponibles. Aujourd’hui nous avons rarement l’excuse de ne pas prendre le temps de l’analyse ou de la réflexion, surtout lorsqu’il s’agit de notre vie et de nos projets. Sauf à faire face à une catastrophe, une attaque, un conflit grave, une pandémie, un accident ou une agression, nous avons éliminé la plupart des dangers immédiats. Les problèmes auxquels nous devons faire face aujourd’hui, sont généralement beaucoup plus complexes et souvent plus abstraits. L’instinct de l’urgence nous désœuvre et nous empêche de comprendre le monde qui évolue. Il nous stresse, bloque notre pensée analytique, nous incite à nous faire une opinion trop rapidement et nous encourage à prendre des mesures drastiques auxquelles nous n’avons pas eu le temps de réfléchir.

En tant qu’entrepreneure, c’est une des choses sur laquelle j’ai dû lutter un moment. L’urgence semble être partout, tout le temps dans l’entrepreneuriat et particulièrement dans les activités de crise que je suivais pour mes clients, qui me semblaient parfois, prendre des proportions irrationnelles. J’ai vite appris que l’urgence crée pire que l’urgence. Elle engendre dans le moins pire des cas, des décisions absurdes mais dans le pire des cas, des décisions que l’on regrette longtemps. Prendre le temps de la mise en perspective, est une force.

 

Comment se prémunir de l’instinct d’urgence ?

 

C’est un des pires instincts, qui nous fait perdre de vu les faits et la raison et engendre chez nous une vision du monde dramatique. Pour s’en prémunir :

  • Se rappeler que l’avenir contient toujours un certain degré d’incertitude. Même face à la production de chiffres qui montrent l’évidence apparente de l’évolution d’une situation, les choses peuvent toujours évoluer d’une façon surprenante, en positif comme en négatif ;
  • Se souvenir que très peu de situations sont réellement urgentes aujourd’hui. Rester rationnel !
  • Lorsque l’urgence s’invite dans notre quotidien, commencer par prendre 3 grandes respirations profondes puis souffler fort comme si nous repoussions les instincts qui se mettent en place au fond de nous. Si c’est possible de vous isoler, vous pouvez aussi souffler très fort et bruyamment, la bouche ouvert, en prononçant la lettre Aaaaaaaa! Puis fermer les yeux et changer de perspective, si possible en regardant loin par la fenêtre ou par delà l’horizon ;
  • Demandez plus de temps et plus d’informations. C’est rarement maintenant ou jamais et « ou bien / ou bien » ;
  • Ne réagissez qu’à partir de données pertinentes et fiables et jamais à partir de scénarii le meilleur ou le pire. Vérifiez si le pire de ces scénarii s’est déjà produit par le passé et décidez en fonction de ce qui a bien fonctionner pour s’en sortir.

A savoir

1. L’urgence joue sur notre perception des risques immédiats mais pas  ceux sur le très long terme. Face aux risques futurs, nous sommes assez insouciants, d’où le fait par exemple, que beaucoup de personnes épargnent insuffisamment ou ne constituent pas de retraite.

2. Pour nous faire prendre conscience d’un problème futur et nous faire passer à l’action maintenant, les militants, politiques ou décideurs nous font souvent croire que l’urgence est là. Cette méthode nous fait agir mais génère aussi du stress et de très mauvaises décisions.

3. Jouer sur l’urgence mine la crédibilité et la confiance que nous accordons à une cause (réf. le conte du Pierre et le loup). Mieux vaut la pratiquer à petite dose pour développer son influence ou son leadership, même si les résultats semblent plus longs à obtenir. Ils seront plus durables !

vivre dans l'urgence

Vous voulez améliorer votre situation professionnelle ou personnelle ?

01/  Procédez pas à pas

Surtout pas sous le coup de l’urgence. Réviser vos projets et vos perspectives de vie, tous les 5 ans, est un minimum pour ne pas se laisser happer par l’instinct de l’urgence. Avec plusieurs scénarii de vie, on trouve toujours une solution créative pour faire face à un imprévu.

02/ Anticipez

Tout en gardant à l’esprit que l’avenir est incertain et peut se produire de plusieurs façons inattendues – en positif comme en négatif.

instinct de l'urgence

03/ Testez et évaluez les besoins de changement ou d’ajustement de vos projets

C’est peut-être moins spectaculaire que de prendre des décisions qui éblouissent votre environnement mais c’est généralement beaucoup plus efficace dans la durée ;

04/ Quand c’est urgent, c’est qu’il est urgent d’avoir plus d’informations.

Quand vous avez toute l’information nécessaire, vous posez les bonnes actions sans nécessité d’urgence.

Auteur

Isabelle Cham

Fondatrice de Spark Life Success

Programme de leadership

Mes 8 résolutions anti-stress

Mes 8 résolutions anti-stress

Mes 8 résolutions anti stress

Revoir la conférence de l'ENOES

Le stress inutile ne passera plus par moi !

Un jour, j’en ai eu assez de vivre avec le stress en parmanence : c’est ce que j’appelle le stress inutile. Du stress moyen est stimulant pour notre cerveau ; à haute dose, c’est insupportable.  J’ai voulu mettre un terme à l’idée de vivre tout le temps dans l’urgence, démoralisée sans raison objective et sautant sur toutes les occasions pour compenser bêtement mes frustrations (trop manger, trop boire, trop dépenser, trop de divertissements stupides et sans intérêt). Alors j’ai décidé d’appliquer des résolutions anti-stress et de m’y tenir à l’avenir, pour que chaque jour soit un plaisir d’apprendre, de partager, de construire et de me rapprocher de ma vision du travail et de la vie. Ces résolutions, je les ai activées progressivement : toutes ensemble cela n’aurait pas marcher. Il faut les incrémenter les unes après les autres pour qu’elles deviennent des réflexes quotidiens. Aujourd’hui je puise dans l’une ou dans l’autre pour m’assurer de ne plus subir des doses surhumaines de stress. Tout repose sur l’idée que nous avons le choix dans notre vie de faire de chaque jour une belle journée ou un chemin de douleur. Alors si vous êtes pour la première option, voici mes 8 résolutions anti-stress dont vous pouvez user et abuser sans limite.

stress

01/ Connaître votre rythme

Nous nous laissons facilement entraîner par des actions à court terme lorsque nous ne comprenons pas quels sont nos rythmes personnels et nos besoins émotionnels. Nous sommes alors la proie facile pour toutes les tentations qui s’imposent au quotidien dans notre vie. Tout ce que nous faisons dans une journée, devrait être évalué selon trois critères. 1) Est-ce que, ce que je suis en train de faire, m’apporte de l’énergie mentale, émotionnelle ou physique ? 2) Si ce n’est pas le cas, puis-je m’en passer et combien de temps ? 3) Si c’est le cas, quelles sont les bonnes recettes que je peux reproduire sur le long terme.

= > Option à tester pour vous : tenez un journal de bord de toutes vos activités ou habitudes, pendant aux moins 3 semaines. Puis essayez de comprendre ce qui vous apporte plus ou moins de satisfactions dans votre vie de tous les jours. A la fin, établissez la liste des 10 actions ou hbaitudes quotidiennes les plus porteuses de sens pour vous. Si vous n’en découvrez aucune, pas de panique : réfléchissez si vous n’avez pas intérêt à vous trouver des projets plus motivants ou ambitieux pour vous-même.

02/ savoir que nous changeons

Des études ont été menées montrant que nous sous-estimons réellement que nos goûts, nos motivations et nos centres d’intérêt, puissent changer profondément sur dix ans. Pourtant c’est la réalité de la vie. Vous avez peut-être eu cette expérience avec des ainés, qui vous ont raconté ce qui les motivaient à 20 ou 30 ans et qui s’est effacé avec le temps. La vie nous amène à nous focaliser de plus en plus sur l’essentiel. Cela signifie que nous recherchons de plus en plus, ce qui a du sens pour nous, en fonction de notre sensibilité et de notre expérience.

= > Option à tester pour vous : Faites la liste des expériences au sommet que vous avez vécues par le passé. Qu’en avez-vous retiré en termes d’expérience, de connaissance sur vous, de joie et de confiance en vous ? Aujourd’hui, ces mêmes retours d’expérience, ont-ils un sens aussi fort pour vous ? Si ce n’est pas le cas, qu’aimeriez-vous apprendre ou expérimenter à l’avenir ?

Comment développer une “méta volonté” pour travailler sur des projets à longs termes, sans jamais baisser les bras face à l’adversité – conférence de Isabelle CHAM  à l’ENOES – 2019 .

01/ Je me concentre

Je me concentre uniquement sur les choses que je peux contrôler

Faites la part des choses entre ce qui est inchangeable et ce que vous pouvez réellement faire évoluer et accordez à ces dernières toute votre attention. Vous êtes coincé dans les embouteillages ? Demandez-vous comment vous allez pouvoir rendre votre rendez-vous productif et faire oublier votre retard par votre efficacité !

02/ Je planifie

Je planifie mes journées de manière réaliste (et je relativise si je n’ai pas fini !)

Estimez le temps nécessaire à chaque rendez-vous/production et déplacements. Laissez une marge de manœuvre entre deux. Prévoyez entre 1 et 2 heures par jour pour gérer des imprévus. Face aux journées où tout semble vous échapper, planifiez à nouveau le reste de votre semaine de manière lucide.

03/ J’apprends

J’apprends à connaître mes limites et je fixe mes limites aux autres

Cela peut prendre plusieurs formes simples à appliquer, comme ne jamais vérifier votre téléphone après 20 heures, ne pas envoyer de courrier électronique après les heures normales de travail, ne pas interrompre le temps que vous avez réservé pour la famille ou des amis, ou vous ressourcer ! Dans le même ordre d’idée, il est capital de se fixer des rendez-vous avec soi, en particulier pour pratiquer une activité physique régulière.

04/ Je respire

Je respire profondément.

Cela devrait être une obligation ! Respirer c’est le B.A.B.A du bien-être. Certes ce n’est pas facile d’y penser à tout moment et en tout temps (encore que c’est naturel !). Mais chaque fois que vous le pouvez, prenez au moins trois grandes respirations entre deux rendez-vous ou deux travaux différents. Plus vous le faites, plus vous y penser et plus vous permettez à votre cerveau et à votre rythme cardiaque de se calmer. Respirer est la chose la moins chère, la plus simple, la plus accessible à faire et celle dont on peut abuser sans modération.

stress

05/ Je me redresse

Je me lève, je me déplace et je fais des choses manuelles

Ce n’est pas seulement une alternative à la respiration. C’est une condition nécessaire pour éviter de passer tout notre temps sur un écran ou tourner à vide dans notre mental. Cela permet de mettre en mouvement tous les fluides de notre corps et de rétablir un équilibre naturel. Lorsque vous marchez rapidement ou pratiquez d’autres formes d’exercice, votre corps libère des neurotransmetteurs qui améliorent l’humeur et renforcent le sentiment de bien-être. Certaines recherches suggèrent que cela pourrait même améliorer la circulation sanguine vers le cerveau.

06/ Je vénère mon sommeil

Aucun mauvais compromis sur mon sommeil

Commencez par arrêter de suivre les informations et les débats agités à la TV ou la radio, passé 20 heures. Mettez-vous en veille progressivement avant d’accéder au sommeil. Baignez-vous d’odeurs agréables (huiles essentielles, bougies, fleurs à votre chevet…) et de couleurs douces.  La régularité et la qualité de votre sommeil va assurer une meilleure régulation émotionnelle, une immunité plus forte et plus d’énergie. Evitez les écrans dans votre chambre.

07/ Je prends du temps

Je prends surtout du temps régulièrement pour me demander si je poursuis toujours le même objectif.

Nous cherchons tous à réaliser une vision de notre vie. Si cela ne vous semble pas le cas, prenez le temps d’y réfléchir. Si c’est le cas pour vous, si vous avez une vision assez claire de ce que vous voulez atteindre, prenez le temps de vous demander régulièrement si ce que vous avez fait depuis 7 ou 10 jours, vous aide à vous en rapprocher ou vous en éloigne. Si cela vous en éloigne, prenez des décisions pour refixer des objectifs plus clairs ou plus réalistes. Restez concret avec des objectifs mesurables. Tout ce qui est trop vague favorise l’anxiété et donc le stress.

08/ J’élimine

J’élimine au maximum les bips et les buzz…

Désactivez les sons de vos appareils. Fixez-vous des temps de consultation réguliers de votre boîte emails sans mettre une alerte. Désactiver la sonnerie de votre téléphone lorsque vous devez vous concentrer sur une tâche. Vous serez plus productif et pourrez apprécier des pauses pour appeler vos interlocuteurs, fixer des rendez-vous, régler des problèmes… puis remettez-vous au travail pour avancer la suite de vos objectifs quotidiens.

Dites-vous surtout que vous avez le droit d’accomplir avant tout, les choses importantes pour vous et votre vie. Le reste peut se gérer en plusieurs temps et à plusieurs niveaux.

Lorsque l’on engage notre énergie sur le très long terme et surtout sur des projets qui ont pour vocation de nous accomplir à un certain niveau de désirs personnels, nous savons que nous allons rencontrer des obstacles. Ces obstacles peuvent être stressants mais le premier de tous les obstacles à prévoir, c’est précisément une mauvaise gestion de son énergie et de ses priorités.

Auteur

Isabelle Cham

Fondatrice de spark Life Success

Programme de leadership

5 erreurs courantes que même les personnes intelligentes commettent

5 erreurs courantes que même les personnes intelligentes commettent

5 erreurs courantes que même les personnes intelligentes commettent !

Introduction

Des personnalités prospères et intelligentes de l’Histoire ont aussi commis ces 5 erreurs courantes. « Quiconque n’a jamais commis d’erreur n’a jamais rien essayé de nouveau », disait Albert Einstein. Une erreur est la plupart du temps réversible. Souvent notre conditionnement nous amène à penser que nous devons nous reprocher une erreur ou un échec et cela nous amène même à punir (même de façon subtile) les autres pour leurs erreurs. Alors gardons à l’esprit que nous commettons tous 5 erreurs courantes, réversibles, mais qui peuvent être évitées si nous les avons à l’esprit. Elles nous évitent de dépasser des lignes à ne pas franchir.

1. Courir après l’argent

Si je vous demande, quels sont vos trois souhaits les plus importants, il y a fort à parier que vous répondrez que vous souhaitez ne plus avoir à penser à l’argent ou en avoir encore plus, pour… C’est ainsi, l’argent sécurise et rassure.

Ce qui est amusant, c’est que nous savons tous qu’il y a plus important dans la vie que de l’argent.

Pourtant, nous en faisons un objectif. Il n’y a rien de mal à vouloir devenir riche. Nous devons simplement nous rappeler que gagner de l’argent au-delà d’un certain montant a peu d’impact sur notre bonheur.

Devenir riche n’est pas une erreur, tant que nous ne nous attendons pas à ce que ce soit la solution à tous nos problèmes.

2. Ne pas se ressourcer

On le sait : à un temps d’effort doit correspondre un temps de ressourcement équivalent. Pourtant la frénésie dans laquelle nous vivons (travail, famille, vie sociale…) nous pousse facilement vers le manque de sommeil fréquent.

C’est la même chose si vous êtes pris dans le flow d’une activité que vous adorez et que vous y passez tout votre temps.

« Donner un coup de collier » est une expression qu’il faut entendre sur une très courte période. Au-delà, on s’expose à entamer son énergie de manière dommageable.

Le sommeil est le meilleur récupérateur, ainsi que des temps de déconnection complets. Un excellent ouvrage sur le sujet vous permettra de vous reconnecter à votre fatigue et d’en comprendre les effets négatifs durables. La Fatigue de Leonard Antony, chez Flammarion.

3. Se déconnecter de l’espace du cœur

Les techniques de méditation et autres, rappellent l’importance d’écouter sa voie intérieure régulièrement. Pourtant les avancées numériques et les technologies de l’information nous poussent à nous éloigner dangereusement, en écoutant sans cesse la voix des autres.

Ces technologies sont géniales, à plus d’un égard. Mais rappelons-nous qu’elles ne sont que des technologies, pas nos Maîtres !

On sait aujourd’hui que leur usage excessif génère de l’anxiété et de la détresse sur les jeunes générations (Y et surtout Z, née à partir de 2000).

Par le passé, il n’y avait pas de smartphone et autre pour se déconnecter de son cœur : il y avait d’autres types d’aliénation sous la forme de normes ou de règles, devenues souvent rigides avec le temps.

Nous n’avons pas de réelles excuses pour nous laisser aujourd’hui disperser loin de notre cœur. C’est un manque conscience personnelle que nous sommes aussi nos émotions et pas celles des autres

4. Ne pas bouger suffisamment

Encore un besoin physiologique que nous avons tendance à négliger dans la vie moderne ou en vieillissant et en prenant de plus en plus de responsabilités.

Des excuses, nous en avons sans cesse, jusqu’au jour où nous n’arrivons plus à monter un escalier, à éviter de prendre la voiture, à réguler notre anxiété ou nos colères, à préserver notre lucidité.

D’une façon ou d’une autre, nous devons trouver tout au long de la vie, trois heures par semaine de notre temps pour avoir une activité physique qui nous entraîne sur le plan cardio-vasculaire et marcher vingt minutes par jour, le reste du temps.

5. Être trop optimiste

La confiance excessive est l’un des préjugés cognitifs qui affecte le plus les personnes intelligentes. Lorsque l’on est doué pour quelque chose, il est facile de se surestimer.

Cela ne se produit pas nécessairement de façon arrogante. Un excès de confiance peut arriver à tout le monde. Cela va de la surestimation de soi, à l’idée que l’on détient la vérité, en passant par la conviction d’être meilleur que les autres. Dans tous les cas, on en arrive à avoir des ambitions non réalistes.

C’est peut-être le piège le plus classique chez les gens parmi les plus intelligents. Un premier succès est toujours un nouveau défi. En nous souvenant de cela, on évite de se reposer sur nos lauriers trop rapidement.

Mieux vaut se concentrer sur les éventuels obstacles à surmonter (l’imprévisible étant par définition imprévisible !) pour en détourner l’éventualité en agissant en amont, ou en ayant un plan d’action au cas où, que de s’envelopper d’optimisme et de théories positivistes en vogue.

A ce rythme, ne peut-on jamais ressentir d’optimisme de temps en temps ?

Bien entendu, le temps de recharger ses batteries face à l’inconnu et à trop de cynisme ambiant. Mais l’idée n’étant surtout pas de s’y accrocher de toutes ses forces.

>> > Cet article est rédigé dans le cadre des ressources que je fournis au delà de la méthode CLEAR© pour concrétiser vos ambitions professionnelles en tant que jeune cadre dirigeant ou cadre dirigeant.

Auteur

Isabelle Cham

Fondatrice de Spark Life Success

Programme de leadership