Vivre de sa passion

Vivre de sa passion

un temps pour soi pour se poser les bonnes questions

Vivre de sa passion après 40 ANS

Est-ce seulement encore possible ?

Introduction

C’est la question incontournable de nos jours !

Premièrement parce que nous sommes envahis sur les ondes et sur le web de témoignages et de formules magiques pour « vivre de notre passion » mais aussi parce que l’on redécouvre en ce début du XXIème siècle qu’une certaine conception du travail a fait son temps et que nous devons évoluer pour retrouver plus de sens dans ce que nous faisons. Ma lecture personnelle c’est aussi que l’on entre plus tard sur le marché du travail, on vit plus longtemps et on commence à comprendre aussi que l’âge des départs à la retraite va s’allonger. Cela change nos priorités. Mais vivre de sa passion est-ce pour autant la bonne question à se poser, surtout lorsqu’on ressent cette perte de sens en milieu de carrière, ce qui est plus que répandu aujourd’hui ?

Chercher la petite pépite

 

Si vous vous retrouvez à 45 ans passés en train de cogiter sur votre avenir professionnel, vous vous dites certainement « et si j’abandonnai tout pour faire enfin quelque chose autour de ma passion ? ». Peut être y pensez-vous en d’autres termes ? « Ah ! Si au moins j’avais du talent dans ma passion… je pourrai me reconvertir… ».

J’aime beaucoup l’analyse que nous a livré la romancière Elizabeth Gilbert, auteure du best-seller planétaire « Mange, Prie, Aime », dont vous pouvez écouter la vidéo ci-dessous.

Elle y résume habilement la différence entre un hobby, un job, une carrière et une vocation. Je ne dirais pas mieux qu’elle sur ce point.

En synthèse pour elle, un job permet de payer ses factures et c’est nécessaire. On doit avoir un job avant d’avoir un hobby, une carrière ou une vocation. Elle-même en a cumulé parfois 3 en parallèle.

Un hobby est une forme d’univers personnel, dans lequel on se ressource avant tout et qui n’a aucun enjeu pour nous (c’est son intérêt).

Une carrière est un job que vous aimez et qui vous passionne.

C’est quelque chose pour laquelle vous avez la volonté de faire des sacrifices. De faire des heures supplémentaires, de mettre votre vie en jeu car vous y croyez.

“Si vous êtes dans une carrière que vous détestez alors c’est terrible. Si vous êtes dans un job que vous détestez ce n’est pas grave.”

Si vous n’aimez pas votre carrière ! Prenez un job. “Vous devriez aimez votre carrière ou ne pas en avoir.”

“La vocation est la plus sacrée, mystique et fascinante des routes.”

Une vocation est un appel, une invitation divine…“C’est la voix de l’univers dans votre oreille qui dit : je veux que tu utilises ce talent.”

C’est votre part dans la création. Son étymologie latine signifie “Être appelé”.

C’est la quête la plus haute… Personne ne peut vous la donner mais personne ne peut vous l’enlever.

Si vous vous attachez à l’idée de vivre de votre passion

… parce qu’au fond vous ne savez pas ce que vous voulez faire !

Il y a mille façons de réformer un métier par rapport auquel on ressent une lassitude profonde. 

La plupart du temps il faut déjà admettre que l’on a parfois tendance dans une vie à cumuler beaucoup de responsabilités à la fois (professionnelles, familiales, sociales, amicales…) qui ne laissent plus assez de temps pour prendre du recul et penser les étapes suivantes de notre vie professionnelle. C’est une chose en tout cas qui s’impose à mi parcours professionnel parce que l’on a atteint un seuil, qu’on le veuille ou pas.

Mais cela ne suffit pas : il faut admettre aussi que c’est en reprenant certains risques que l’on va retrouver une énergie nouvelle et ces risques demandent très souvent de s’alléger provisoirement sur des plans matériels et engagements diverses. Ce n’est pas un mouvement naturel et facile à opérer. C’est simplement incontournable pour évoluer. Il faut en avoir conscience.

Alors en dehors de ces deux inconditionnels, en quoi une passion que vous cultivez depuis longtemps, peut-elle devenir une aide dans cette transformation profonde de vos priorités professionnelles et une nouvelle quête de sens ?

Puisqu’une passion, nous l’avons vu plus haut, est souvent dénuée d’enjeux, elle recèle en elle une réponse des profondeurs de notre Être. C’est sans aucun doute là qu’il faut chercher certaines réponses mais sans prendre ses passions pour une vérité absolue ou une réalité applicable demain, sans conditions (notamment celle de travailler ses talents avant d’en vivre !).

 

Témoignage

 

Dans mon cas lorsque j’ai mené ce type de réflexion, je me suis penchée particulièrement sur l’une de mes passions qui est la peinture. Je me suis demandée en particulier pourquoi j’aimais autant la peinture et pourquoi je n’en avais jamais fait une vocation ?

La réponse a été assez simple : ce n’est pas une vocation que mon éducation a encouragé. Partant de là, je n’ai pas eu l’occasion de développer des compétences ni même des talents de peintre. Me lancer dans cette aventure, même activement, en milieu de vie me paraissait intéressant à titre personnel mais certainement pas à titre professionnel. Alors que pouvait bien m’enseigner cette passion sur ma quête de sens ?

Il y a deux domaines que j’aime tout particulièrement en peintre : le portrait et la peinture de genre. En somme j’aime lire la psychologie des portraits et comprendre comment les gens vivaient ou vivent à travers le regard d’un peintre qui s’invite dans leur intimité.

A l’inverse (cela aide aussi à mieux se comprendre !), un genre qui m’intéresse très moyennement, a toujours été la « nature morte ». Je sais pas définition qu’elle est loin d’être « morte » pour avoir étudié nombre d’œuvres mais il n’y a personne dans ces tableaux et cela m’ennuie !

Ce que j’ai déduit de cela alors que je m’interrogeais sur mon avenir professionnel à mi-parcours, c’est que ma passion pour la peinture reflète simplement l’intérêt que j’ai sur les parcours de vie, sur la manière dont les êtres parviennent à passer les épreuves de la vie et à repousser les croyances qui peuvent les limiter.

Finalement j’ai simplement réaffirmé en moi que mon métier devait prendre le tour d’une vocation si je voulais lui redonner du sens, mais pas de « vivre de ma passion » ce qui n’aurait eu aucun sens par rapport à tout ce que je pouvais apporter en termes d’expérience et d’expertise en milieu de carrière.

Décryptez vous aussi vos passions pour trouver ce qui est essentiel pour vous et ce qui peut transformer votre regard sur votre métier.

En résumé

Ce qui me paraît essentiel en milieu de carrière, à la recherche de plus de sens dans ce que vous faites et dans votre vie, c’est de trouver ce qui fait ressortir le meilleur de vos ressources personnelles et de vos engagements profonds.  

De là peut jaillir une solution pour vous, à travailler, cultiver, faire progresser, sans créer un schisme ou une rupture avec vos choix initiaux. Les choses progressent alors lentement mais aussi profondément pour vous redonner un nouvel élan, à la fois fécond et enrichissant pour votre vie.

L’idée est avant tout de garder en tête que vous devez d’abord rechercher la voie d’une pratique de votre métier ou de votre expertise plus inspirante, plus stimulante et plus excitante.

 

 

votre guide offert
Télécharger maintenant